Utilisation des nanomatériaux sur le lieu de travail

Les nanomatériaux sont produits et utilisés par de nombreuses industries européennes, notamment la production de substances chimiques. La production et l’utilisation de ces matériaux sont régies à la fois par une réglementation au niveau de l’Union et par la législation nationale. Les employeurs doivent s’assurer que les travailleurs disposent des connaissances et de l’équipement nécessaires pour utiliser ces matériaux en toute sécurité.  

Dans la mesure où les nanotechnologies sont utilisées pour fabriquer une large gamme de produits et de solutions, de nombreux travailleurs peuvent y être exposés sur leur lieu de travail. Les nanomatériaux sont souvent produits dans des systèmes fermés, mais une exposition peut survenir pendant la maintenance ou la manipulation de produits finis.

Les nanomatériaux sont également utilisés par des «industries en aval» telles que l’industrie automobile, les cosmétiques, l’industrie électronique, les médicaments, les technologies médicales et la fabrication de produits textiles. Lorsque les nanomatériaux sont utilisés en tant que pigments, par exemple, lors de l’application d’un aérosol industriel, l’exposition de l’utilisateur ne peut pas être exclue. Dès lors, une telle utilisation peut s’accompagner d’une recommandation de ventiler l’espace dans lequel le produit est appliqué ou d’utiliser un équipement de protection individuel tel que des gants. Toutefois, cela peut s’avérer insuffisant pour garantir l’utilisation en toute sécurité du produit. Par conséquent, il existe également des exigences légales prévoyant que les travailleurs doivent recevoir une formation adéquate afin d’être en mesure d’effectuer leur travail en toute sécurité.

L’utilisation de nanomatériaux sur le lieu de travail ne signifie pas qu’il existe un risque ou que le risque ne peut être maîtrisé.

Le risque est le résultat d’une exposition au danger. Les propriétés dangereuses d’un nanomatériau sont déterminées par sa composition chimique et ses propriétés physiques, telles que sa taille, sa forme et sa structure cristalline ainsi que par ses effets (éco)toxicologiques.

Actuellement, on soupçonne certains types de nanomatériaux, tels que de longues fibres rigides qui restent dans les poumons, de causer des fibroses et/ou des inflammations. Par opposition, une peau saine semble être relativement résistante, également aux particules à l’échelle nanométrique. S’il s’avérait que les nanomatériaux restent dans le corps, cela augmenterait leur nocivité potentielle.

Categories Display