Assurer l’utilisation en toute sécurité de nanomatériaux sur le lieu de travail

L’exposition aux nanomatériaux dépend du processus, des mesures de contrôle technique déployées  et, si celles-ci ne suffisent pas, de l’utilisation d’un équipement de protection individuel. Les employeurs doivent réduire au maximum l’exposition à des substances dangereuses pour respecter le niveau évalué comme non nocif pour les travailleurs.

Les inhalations semblent être le moyen le plus courant par lequel l’exposition professionnelle aux nanomatériaux survient . C’est la raison pour laquelle la production de nanomatériaux aéroportés sur le lieu de travail devrait être réduite au minimum, ce qui peut être possible en organisant les environnements de travail en système fermé et en utilisant des procédés par voie humide. Les étapes du processus qui génèrent des poussières, telles que le broyage et l’abrasion, devraient être évitées autant que possible.

Si les nanoparticules sont présentes dans l’air sur le lieu de travail, une ventilation adéquate doit être mise en place. En dernier recours, les travailleurs peuvent être formés pour utiliser un équipement de protection respiratoire, des vêtements de protection, des gants et des lunettes.

Il est important de noter que généralement, lors d’opérations de maintenance, les mesures normales de gestion des risques pour le processus concerné, tels que les systèmes fermés, sont temporairement suspendues. Par conséquent, des mesures supplémentaires de gestion des risques peuvent être nécessaires pour ces types de processus.

Les professionnels indépendants peuvent ne pas avoir la possibilité d’appliquer des contrôles aussi rigoureux dans leur travail en comparaison avec ceux qui travaillent en milieu industriel.

 

Fiches de données de sécurité (FDS)

Conformément au règlement REACH, une fiche de données de sécurité (FDS) doit être fournie et jointe à tout produit chimique dangereux. Les fiches de données de sécurité fournissent des informations utiles sur les produits chimiques, décrivent les dangers que présente la substance chimique et donnent des conseils concernant la manipulation, l’entreposage ou les mesures d’urgence en cas d’accident. Le règlement REACH exige des utilisateurs de produits chimiques dangereux qu’ils suivent les conseils sur les mesures de gestion des risques fournis dans les scénarios d’exposition joints à la FDS, le cas échéant.

 

Certains nanomatériaux font l’objet de valeurs limites nationales d’exposition professionnelle.

Les valeurs limites d’exposition professionnelle (LEP) des substances dangereuses constituent des informations importantes pour l’évaluation et la gestion des risques, y compris dans le contexte des nanomatériaux.

Une limite d’exposition représente la concentration – en parties par million (ppm) ou en milligrammes par mètre cube (mg/m3) – d’une substance chimique dans l’air sur le lieu de travail à laquelle la plupart des gens peuvent être exposés sans subir d’effets nocifs. Toutefois, les LEP ne devraient pas être considérées comme des lignes de division strictes entre une exposition sûre et une exposition dangereuse.

Actuellement, il n’existe pas de LEP au niveau européen en ce qui concerne les nanomatériaux, très probablement en raison d’un manque d’informations permettant de les définir. En général, les LEP applicables au niveau de l’Union ont été fixées pour un nombre limité de substances actuellement utilisées sur le lieu de travail. Ces valeurs limites contraignantes et/ou indicatives sont fixées dans les directives de l’Union.

De nombreux États membres ont établi leurs propres LEP, et ce, également pour les nanomatériaux. Ces limites nationales doivent être respectées au même degré et tout employeur doit s’assurer que l’exposition de ses employés ne dépasse pas les LEP.

Categories Display